Je reserve
Espace client

La Montagne, Janvier 2014. Arrivée en Auvergne

Après la station des Deux-Alpes, les Wolff s’installent à Châtel-Guyon pour relooker le camping
Habituée des pics enneigés, la famille Wolff n’a pourtant pas hésité longtemps à plier bagages pour prendre la tête d’un camping de 5 hectares à Châtel-Guyon.
Vivre au c'ur des Alpes pour profiter de sessions de ski journalières et admirer un panorama époustouflant. C'était le cadre de vie idyllique d'une famille passionnée de haute montagne qui n'a pourtant pas hésité une seconde à venir s'installer en Auvergne. C'est au pied de la station de ski des 2-Alpes que William et Edwige se sont rencontrés et ont passé 17 ans de leur vie. Elle, parisienne, issue d'une formation hôtelière s'est installée dans les Hautes-Alpes pour prendre la direction d'une boulangerie. Lui, originaire du Berry, souhaitait intégrer le peloton de gendarmerie des Hautes-Alpes, un rêve auquel il a dû rapidement renoncer suite à un accident.

C'est alors tout naturellement qu'il se tourne vers la location d'équipements de ski en s'associant avec un ami. À peine âgé de 25 ans, il rachète la boutique puis une seconde qu'il dédie à la vente de vêtements de sport. Heureusement, il peut compter sur sa femme, qui part travailler aux aurores pour le rejoindre vers 17 heures afin de l'aider à gérer le rush de fin de journée. Un rythme effréné qu'elle endure quelques années. « Au bout d'un moment, j'ai laissé la boulangerie pour me consacrer à temps plein au magasin ».

Un rythme effréné
Sept jours sur sept, neuf mois et demi par an, le couple ne s'offre aucun répit. Puis, trois bouts de chou pointent le bout de leur nez et finissent par raisonner les forcenés de boulot. « Avec les boutiques, on ne pouvait pas se libérer pendant les vacances, du coup on ne pouvait pas profiter pleinement de nos enfants. Les fêtes de Noël se faisaient sur place, sans notre famille. Alors, on a décidé de changer de vie ».
Attiré depuis quelques années déjà par l'idée de tenir un camping, William décide de contacter des agences spécialisées. Très rapidement, il reçoit une réponse positive. « On avait des critères très particuliers : un chiffre d'affaires suffisant pour faire vivre notre famille, une maison intégrée dans le camping pouvant accueillir un couple et trois enfants, la possibilité de développer des petits commerces et un massif montagneux à proximité. ».
Hors de question pour cet amoureux de montagnes de vivre loin des pistes de ski. Malgré toutes ces contraintes, le petit coin de paradis n'attendait plus qu'eux au c'ur de l'Auvergne. « Lorsque la personne que j'ai eue au téléphone m'a dit qu'il existait un camping répondant à tous nos critères, je n'y croyais pas. En plus, le camping était situé en Auvergne, là où vit ma famille, on ne pouvait pas rêver mieux ! ».

Les boutiques vendues, les nouveaux propriétaires formés et les bagages bouclés, direction Châtel-Guyon, prêts à en découdre avec un nouveau challenge.

« L'adaptation a été compliquée pour les enfants, habitués à vivre dans un microcosme. Ils voyaient tous les jours les mêmes amis, que ce soit à l'école, au ski ou à leurs activités sportives. En arrivant ici, ils n'ont pas su se faire aux grandes écoles, il a fallu qu'on les change trois fois d'établissement pour qu'ils puissent se sentir à l'aise ». Quant aux parents, tout s'est fait en douceur. « Maintenant, je suis dans mon élément, je vais pouvoir m'occuper de la restauration et William de la réception », se réjouit Edwige. « En plus, les gens sont vraiment chaleureux en Auvergne, ajoute William ».

Seul bémol, la neige a disparu ! Ces experts de la glisse, qui chaussaient les skis quatre fois par semaine, ont dû faire avec des conditions météorologiques capricieuses. « On va à Super Besse et c'est évident que ça nous change beaucoup des 2-Alpes. C'est forcément plus humide qu'à 3.700 mètres d'altitude ». Prendre la voiture tous les jours a aussi été un gros changement pour Edwige qui ne l'utilisait qu'une fois par mois à l'époque. « C'est quand même plus pratique de ne plus avoir à faire une heure et demie de route pour les courses ou emmener les petits chez le médecin ».

Et les vacances se passeront enfin en famille. « L'hiver, nous pourrons enfin passer les fêtes avec toute la famille et l'été, les enfants profiteront du camping, nous pourrons leur consacrer davantage de temps même s'il y a beaucoup de travaux à faire d'ici l'ouverture, en mars ».

Dans l'idéal, William souhaiterait relooker le camping et lui donner une vraie identité. « Je suis un passionné d'équitation western, donc on va essayer de transformer ce camping en ranch à l'américaine ».
Un nouveau défi qui saura sans aucun doute occuper ses deux tourtereaux et leurs oisillons pour les deux décennies à venir.

William et Edwige ont renommé le camping dès leur arrivée. Le Clos Balanède s'appelle désormais le Ranch des Volcans.
Il est situé route de la Piscine à Châtel-Guyon.
Tél. 04.73.86.02.47. ou par mail à contact@ranchdesvolcans.com.


Julia Derossis
riom@centrefrance.com